samedi 17 octobre 2009

Travailler sur une histoire qui parle
de gourmandise n'est pas de tout repos,
sans danger, croyez-moi !
Ces derniers jours,
J'ai croqué mon savon
comme il ressemble à du nougat
J'ai délaissé la soupe
pour des bouillons au nutella
Je croque toute la journée
des bananes, des fraises tagada
Quand on me demande l'heure
je dis : c'est l'heure du chocolat !
Et j'achète tant de bonbons
que les enfants sont jaloux de moi.
Vivement que cette histoire 
pour Projet 7 - dont le thème,
cette année, est bien celui que vous
avez deviné - soit achevée. 

En attendant, envolons-nous 
pour la suite des aventures de ce petit vent
un brin fainéant..



"Quelques battements d’airs plus tard, le petit vent se retrouva au-dessus du village des hommes. Sa maman s’y rendait quotidiennement pour balayer les rues, sécher les linges étendus ou ôter la poussière des statues. Comme Danlalune l’avait souvent accompagnée, il n’eut pas peur de s’y aventurer.
La rue dans laquelle le petit vent s’engagea était déserte. Pourtant les villageois n’étaient pas en train de faire la sieste car du côté de la grande place provenait un fort brouhaha. Danlalune s’en approcha. Les habitants étaient tous là ! Très bruyamment, ils discutaient car ils étaient inquiets : depuis le début de la matinée, la température ne cessait d’augmenter….


- Ah, mais qu’est-ce qui nous arrive ? s’inquiéta un autre, ma femme a posé son panier d’oeufs sur ma tête, et voilà qu’ils ont cuit !!
- Ah, c’est énervant !! disait l’un en grommelant, si l’on s’énerve, on a encore plus chaud. C’est énervant !
- Ah, mais qu’est-ce que c’est que ce temps ? ronchonna une troisième voix. Que se passe-t-il aujourd’hui ! Moi qui suis vieux comme ces arbres – et du petit doigt, il montra les peupliers centenaires qui se trouvaient sur la place - je n’ai jamais vu ça !! Quelle journée !! Le soleil est-il malade ? Les vents nous ont-ils oubliés ? Et la pluie, où est-elle : à la mer ou sous les cocotiers ? »


Danlalune ne savait pas ce qui était arrivé à la pluie (comme toujours, elle devait être très occupée). Quant au soleil, il ne pensait qu’il était malade car il avait toujours eu une si bonne santé. Mais puisque aucun vent ne s’occupait de ces gens, il se dit que le moment était venu pour lui d’agir comme un grand. Après tout, se dit-il, j’ai bien vu comment s’y prend maman et ainsi elle verra que je ne suis plus un bébé !»


Piqué de curiosité vous êtes et vous voulez connaitre la suite ?
Un mail et je vous l'envoie !

Aucun commentaire: